Et c'est parti pour le show! Le premier épisode c'est ICI.

Il me faut résumer au jury ce qui est arrivé à mon patient: Accident de la Voie Publique, camion contre piéton...camion 1 /piéton 6 mois de soins

Il y a eu donc fracture ouverte tibia et péroné*, des pertes de matières sur le mollet avec une atteinte du nerf sciatique poplité externe.

Rajoutons, une fracture cubitus/radius à droite et scaphoïde à gauche.

Des contusions pulmonaires et hépatiques. Un traumatisme crânien avec perte de connaissance.

Bref, il a passé, 1 mois en réa puis il a été en service de salle puis en centre de rééducation.

Sauf que, il y a eu des complications: Pneumopathie acquise sous ventilation mécanique, infection sur les points de pénétration du fixateur externe et un début d'osteïte, compression du plexus brachial par béquillage axillaire et la complication favorite des kinésithérapeutes, un syndrome d'algo-neuro-dystrophie!

J'avais donc à puiser dans mes items: Orthopédie, Neurologie centrale et périphérique, Pneumologie, Rhumatologie et compléter par les maigres connaissances acquises au cours de mes stages. Le dossier compliqué à souhait où ça part dans tous les sens.

 

Tout ça en 20 minutes...Devant le bon, la brute et le truand.

J'ai vite compris qui était qui:

1- Le Bon: C'est le médecin du service. Il sourit tout le temps, parle posément, pose plein de questions; certaines sont très faciles, d'autres font appel à des connaissances un peu plus médicales que purement kinésithérapiques.

2- La Brute: Le kiné cadre, pardon le cadre de santé (extérieur au service) filiale rééducation. Il pose des questions pointues, chipote sur mes réponses et mon vocabulaire. C'est une mitrailleuse à interrogations, une sulfateuse à contre-argument!

3- Le Truand: ou plutôt la Truande. C'est elle, la kiné qui tous les jours s'occupe de mon patient d'un jour, elle connaît le dossier par coeur, ainsi que l'évolution. Elle a tout en tête mais elle ne posera pas une seule question. Et c'est pour cela que je m'en méfie. A être monopolisée par les deux premiers, j'en viendrais presqu'à l'oublier. Mais elle, elle se tait et m'observe avec une poker face.

 

La présentation a duré plus de 45 minutes. L'un des jurés posait une question, je répondais, argumentait à partir du dossier. J'ai eu du mal à faire faire les exercices à mon patient car il fatiguait très vite.

La brute rentre alors en scène et trouve le défaut: le testing neuro-musculaire! Oui, j'avoue, je suis nulle en testing...A l'école, nous avions un prof de testing, qui nous a enseigné son testing à lui, et non le testing officiel. J'étais coincée par la brute, mais j'ai pu contre-argumenter en me basant sur l'anatomie palpatoire et l'anatomie (version plus officielle par Brison et Castaing).

Rhaaa, en finir, vite! Mais non, le Bon entre en scène.

Interrogations sur les traitements que reçois le patient puis sur les pathologies actuelles. J'ai le cerveau qui commence à bouillir. Le Bon deviendrait-il le Truand?Les questions se font de plus en plus précises et se dirigent vers les radiographies. Et là, je commence à avoir de gros doutes car la limite à ne pas franchir est là devant moi.

Le Bon: "Mademoiselle? Que voyez-vous sur les radios".

Je regarde le négatoscope et commence:

Biche: "Il s'agit de radiographies de face de l'épaule droite, on aperçoit une géode ici, avec une rupture du cintre omo-huméral et une ascension de la tête huméral"

Le Bon: "Et ça vous fait penser à quoi?"

Mon Dieu!!! Oh my fucking God, si tu existes, c'est le moment d'intervenir parce que là, je vais me faire déchirer si je réponds à cette question, et aussi si je n'y réponds pas! Que faire?...

 

3437622-une-ampoule-brille-dans-la-t-te-d-39-une-femme-la-pens-e-le-concept-d-39-une-id-e-lumineuse-de-l-39-

Biche:"En tant qu'aspirante au diplôme d'état de masso-kinésithérapie, je ne peux aller plus loin dans la réflexion car cela est du ressort du diagnostic médical et je n'en suis pas apte"

Oui, j'ai osé, en une seul phrase, en un seul souffle, sans balbutier à tenter une sortie par l'esquive.

Le Bon: " C'est très bien, mademoiselle!"

Le Bon: "Mais comme nous sommes entre nous là, dites-nous ce que vous en pensez"

Rhaaa, j'ai pas réussi, il me faut répondre...Foutu pour foutu comme on dit autant y aller. Et je me suis lancée dans une explication/ démonstration plus complète.

le Bon: "Et?"

Biche:" Algo-neuro-dystrophie".

Le Bon m'a fait un clin d'oeil, s'est tourné vers le cadre. Plus de questions, je sors vidée, essorée, persuadée de m'être plantée, d'être recalée avec une note inférieure à 16/40. Le cadre du service me voit arriver la mine déconfite et tente de me rassurer, de me motiver pour la seconde MSP de la semaine prochaine.

Soudain, la porte s'ouvre sur la Brute.

La Brute: "VOUS!"

Ça y est, je vais me prendre la pompée du siècle!

La Brute: "Vous avez subjugué le médecin, c'est rare de garder son calme comme vous l'avez fait mais faites gaffe, votre talon d'Achille, c'est la neuro et le testing alors révisez cela pour la semaine prochaine. Au fait, vous avez 34/40 mais officiellement, on vous a jamais donné les notes hein?" en finissant par un clin d'oeil.

Comment dire? Les bras m'en tombent, ma mâchoire s'affaissent façon loup de Tex Avery. En une minute, je passe de:

 

                    "j'ai tout loupé"                           à                           "ouais, j'ai tout dézingué!".

 

tex-averytex_avery__s_wolf_02_by_pibraclab

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me précipite vers le parking, mon père m'a vu courir, le sourire jusqu'aux oreilles. Mais l'entousiasme est de courte durée, il y a la seconde MSP dans moins de huit jours et j'ai intérêt à ne pas la planter après une telle épreuve. Surtout, qu'une fois passé le temps des cerises MSP, j'aurai la soutenance de mon mémoire...

 

To be continued...

 


* Je parle en ancienne nomenclature, je n'arrive décidément pas à me fourrer la nouvelle dans les neurones.