Je suis kiné, je suis une patiente et je vais vous parler médecine... pas de la borreliose, des traitements, des indices, des études... non, juste d'êtres humains avec un idéal, celui de prendre soin. A nous de faire en sorte que cette fiction ne devienne pas réalité.

 

Imaginons un instant que les médecins généralistes ferment tous leurs cabinets. Oui là, tout de suite, maintenant, plus rien...

 

 

 

(interlude musical à votre choix)

 

 

 

Imaginons les conséquences à présent.

 

 

 


(Second interlude musical de votre choix)

 

 

 

 

Votre enfant est malade? 2 possibilités: le pédiatre ou les urgences hospitalières. Pour le pédiatre, le délai d'attente est de 2 semaines alors vous allez vers les urgences passer 4 heures (si tout va bien) à attendre avec un gamin qui frissonne, qui a chaud, qui a froid, qui a faim, qui vomit, qui veut rentrer, qui veut dormir, qui empeche les autres de dormir... Il avait une rhinite, il ramène la gastro de l'autre môme qui jouait avec lui en salle d'attente.

Votre grand mère alitée, grabataire (que vous tenez à bout de bras, vous avez arreté de travailler pour l'accompagner) se plaint d'avoir mal. Elle reconnait à peine les gens. Seule solution, le 15 qui vous envoie une ambulance pour hospitalisation. Grand mère est perdue, agitée, ne dort plus la nuit à l'hopital et épuise le personnel débordé. On la calme avec des anxiolithiques, elle s'enfonce, elle glisse...le kiné tente de la verticaliser mais elle n'est qu'une poupée de chiffon dans ses bras. Son problème initial est réglé, elle peut rentrer... le médecin traitant s'occupera de la suite. Ah mais non, c'est vrai, il n'y en a plus...

Votre conjoint est atteint de sclérose en plaques, il est en fauteuil roulant. Il a un peu de fièvre et ses urines ne sentent pas bons. Il a l'habitude, c'est encore une infection urinaire... Il va pour passer un coup de fil à son généraliste... "Le numéro que vous avez demandé n'est plus attribué. tut, tut, tut" retentit en boucle dans le combiné. Soit il va aux urgences, soit il appelle le 15 qui lui dira d'aller aux urgences. Il en a marre de l'hosto, il doit lui rester des antibios de la dernière fois, il se souvient de la posologie mais pas de la durée. Pas grave, il fera avec ce qu'il a.

Vous êtes l'interne de garde aux urgences et vous craquez! Vous voulez être urgentiste pour sauver des vies, l'adrénaline c'est votre came alors les rhinites, les gastro... Entre les urgences vitales, les urgences différées, les urgences chirurgicales mais pas que, les gamins qui pleurent, crient, les patients qui geignent, les accompagnants qui ralent de la lenteur de la prise en charge, vous avez juste envie de retourner sous votre couette et pleurer. Vous tentez d'appeler la régulation du 15, il est aussi saturé que vous et vous engueule. Ca n'a rien de personnel, c'est juste les nerfs...

Vous êtes cardiaque, diabétique avec un lupus (Dr House si tu m'entends). Votre précédente ordonnance est terminée, il va falloir renouveler certains médocs et en adapter d'autres. En plus, sur votre carnet de suivi diabéto, vos glycémies ne sont pas bonnes. prise de RDV avec le diabéto... pas avant la semaine prochaine; le pharmacien vous dépannera le temps nécessaire. Arrivé chez le diabéto, vous fournissez la précédente ordonnace, il fait la sienne en ne mettant que les médicaments de sa spécialité. Bah oui, le truc pour la dépression que vous aimez pas, il faudra voir avec votre psychiatre. Vous allez voir votre psychiatre qui vous augmente la posologie mais le cardio bondit de sa chaise quand il vous découvre avec une tension à 22/10... Chacun ne voit sa partie mais aucun ne voit l'ensemble.

Vous êtes kiné, vous appelez son médecin... "Le numéro que vous avez demandé n'est plus attribué, tut, tut, tut"... Vous avez un nouveau patient, avec une belle ordonnance et vous faites votre bilan écrit que vous devez envoyer, c'est écrit dans votre convention... vous ne l'envoyez pas car vous ne savez pas à qui l'envoyer.

Vous êtes l'infirmière de la HAD (Hospitalisation à domicile)... "le ministère de la santé a le plaisir de vous affecter ailleurs, ne disposant pas de médecin généraliste pour vos patients, votre travail n'existe plus. Bisous. Marisolène"

Vous êtes le patient de l'infirmière de HAD... Vous retournez à la case départ, vous ne touchez pas 20 000 francs, vous voyez vos proches aux heures d'ouverture et vous ne pourrez plus faire un calin sage à votre femme, couchée à vos cotés.

 

Je ne veux pas de ce monde sans généralistes. Je ne veux pas être #PrivésDeMG .

 

Dans l'Egypte Antique, le généraliste était respecté. Il s'occupait de santé publique, de l'être humain, de la santé en général et en particulier. Et si on s'en ré-inspirait.

J'ai fait kiné par envie et non par dépit, je ne suis pas un médecin qui a raté le concours. Les généralistes ne sont pas des spécialistes ratés, ils sont généralistes parce qu'ils en ont eu l'envie... la médecine générale EST une spécialité.