Carnet spécial d'une kiné et d'une patiente

12 octobre 2014

Un café et l'addition

Je passe la majeure partie de ma journée dans un bureau, ce n'est pas tous les jours le même, je suis une SBF, une sans bureau fixe qui se pose sur le bureau de qui accepte. Comme quand j'exerçais la kiné, je trimballe mon matériel dans mes poches, une vraie caverne d' Ali Baba.

 

J'ai laissé tomber le pyjama, souvent pas à la bonne taille mais mon royaume pour du tissu que les jetables en intissé sans poches où avoir une température normale est mission impossible et où on sent le fennec au bout de 2 heures. J'ai une blouse, la classique, qui se pressionne devant avec même une poche revolver. Manches courtes évidemment, j'ai toujours le réflexe de soignants (pas de bijoux, pas de vernis, manches courtes).

 

Je ne vois pratiquement pas les patients. J'en ai parfois au téléphone parce que le standard ne sait pas où renvoyer. J'en vois parfois pour une prise de rendez-vous à une sortie mais globalement je ne les vois pas.

 

Et pourtant, je connais leur vie, leurs soucis de santé. Lors de mes études, nos professeurs disaient vouloir voir le patient dans le bilan et pas un bilan de pathologie. Ils avaient raison, Ô combien. Et maintenant, ça me bouffe encore plus parce qu'à part taper un compte-rendu, je me prend encore tout, l'empathie à distance ça marche. Je ressens aussi le malaise et l'impuissance du médecin devant certains cas. Je le vois ce patient qui s'enferme dans la cave à dénuder des fils de cuivre, ces enfants qui délaissent leurs parents, et d'autres qui se prennent des coups de la part de celle qui leur faisait des câlins autrefois. Et je ne peux rien faire...

 

Je porte cette blouse tous les jours parce que c'est la politique des hôpitaux qui veut ça parce que revêtir cette blouse me permet d'endosser ce rôle administratif dans un service de soins.

 

Et puis il ya eu ce petit moment. Lors d'une chasse au dahut dossier, je passe devant une chambre, il est 13 heures, l'IDE de l'hôpital de jour a servi du café avant d'aller prendre le sien vite fait en salle de pause. Et il y a cette dame, les mains déformées par l'arthrose qui tente de le boire et le renverse complètement. Et je suis redevenu la soignante. J'ai tout laissé pour aller la voir. Vérifier qu'elle ne s'était pas brûlée les cuisses mais seule la tablette et le sol avait pris heureusement. J'ai épongé le sol pour ne pas qu'elle glisse en se levant, essuyé ses embouts de canne également. Je suis allé chercher un autre café, le lui ai servi.

cafe

 

Un sourire, un merci et au revoir plus tard, petite friction hydro-alcoolique et je suis dans le couloir.

 

J'ai fait mes frictions comme dans le manuel. Et ma blouse est fermée, je ne sais pas comment ni quand j'ai pu le faire. Je suis toujours blouse ouverte parce que ce n'est pas pratique pour le frappe, je me sens engoncée mais là je suis blouse fermée et je me suis sentie de nouveau soignante. Je n'ai rien oublié, j'ai encore quelques réflexes mais je dois faire le deuil de ce monde. Mon nouveau projet professionnel est là, presque à portée de main. Je dois attendre encore et encore mais il se fera.

 

Mais au fond, il y a toujours la soignante qui sera là. Elle va disparaître petit à petit. Je la sens de plus en plus déconnectée du monde actuel, les pratiques évoluent et on ne peut pas interagir longtemps avec ses pairs avec seulement des souvenirs.

Posté par Piouaie à 14:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


29 mars 2014

Avant...

Avant, j'étais libéral, collaboratrice de mains d'or. Je faisais du bon boulot, pas excellent non plus mais j'essayais. Enfin je croyais faire du bon boulot mais maintenant, je ne le ferais plus comme à l'époque.

Avant, j'étais kiné en pneumologie. J'adorais bosser en équipe pluridisciplinaire. Mes rapports avec mes confrères étaient plus difficiles. Entre les comptables qui partageaient la liste de patients d'un kiné absent en divisant par le nombre de kiné restants sans se préoccuper de la charge de travail, ceux qui étaient déjà en salle de repos à 14 heures trente attendant que la pendule indique 16 heures 12, je ne me sentaist aucune affinité avec eux, les quelques kinés qui avaient la même vision des choses que moi ne restaient jamais longtemps devant cette inertie.

J'avais réussi à faire bouger les choses, un peu. J'avais introduit l'expertise kiné, le dialogue avec les médecins, l'entraide entre IDE et moi, les AS et moi, mais uniquement dans mon service. J'ai tenu longtemps et je suis partie vers de nouveaux horizons. Je n'ai pas pu organiser de pot de départ, mais cette équipe ne m'a pas oublié et à la fin de la dernière transmission, j'ai reçu un énorme cadeau.

Avant, j'étais kiné en réanimation. J'adorais bosser en équipe pluridisciplinaire. Si les plus anciens du service ont mis un an à m'accepter, le jour où je suis passé de "hep la kiné" à "Biche, tu peux nous donner un coup de main" a sonné comme une reconnaissance de tout le travail que j'avais fourni.

 

Et puis je suis tombée malade, je ne reviendrais pas sur toutes mes aventures.

 

Aujourd'hui, je dois reprendre un nouveau poste dans les jours qui viennent. De quelqu'un de compétence avec du potentiel, je suis passée à rien. Je ne sais rien faire. Ce que je savais faire, je ne peux plus le faire physiquement. Les connaissances sont là mais elle ne sont plus d'aucune utilité à mon employeur. Je suis une vieille guimbarde un peu rouillée, au moteur poussif. Je ne peux plus faire de courses de nascar et à peine emmener chercher du pain une fois par semaine.

Avant j'étais masseur kinésithérapeute diplômée d'état... Aujourd'hui, je ne suis qu'une kiné attestée par un diplôme, qui ne peut plus être kiné.

 

Demain, je serais peut être la pire des secrétaires médicales.

Limace

 

 

Avant, j'étais kinésithérapeute... Mais ça, c'était avant.

 

caducee

Posté par Piouaie à 10:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

01 mars 2014

Allumez le feu

Je ne suis pas une fan de notre Johnny national, mais il faut que je lui concède que certaines chansons me plaisent énormément et que c'est une bête de scène (même si il a aussi été très bête quand il jouait avec une hache sur scène dans sa jeunesse, mais je m'égare).

La réanimation, ce sont des patients dits "lourds". Parfois au sens propre comme au sens figuré, mais toujours en relation avec leur état de santé. Je me rappelle d'une phrase d'un chef de clinique qui disait qu'une fois arrivé en réa, on était déjà mort une fois. Si l'on n'avait pas ces services partout en France, il y aurait une flopée de morts chaque jour. Et c'est ce qui fait que l'on se bat pour chaque patient qui entre. Il a réussi à atteindre la réa, il y a encore un espoir, très mince mais il est là.

Dans une réanimation, les portes sont souvent ouvertes, les chambres sont pourvues de fenêtres. Ce sont de vrais bocaux façon aquarium. Dans une réa, on va trouver des rideaux occultants, dans une autre des stores et si le rideau est déchiré ou le store coincé, on va poser un paravent plus ou moins efficace. Le personnel soignant tente toujours d'équilibrer entre surveillance constante et respect de l'intimité, l'exercice est très difficile, la vie ne tient qu'à quelques fils de perfs ou de scope.

Mais ce qui fait une réanimation, c'est le bruit constant. Dans une étude, le bruit était considéré par les patients, et dans une moindre mesure par les soignants, comme intrusifs, pesants, stressants. Il y a les bruits dans la chambre: les pousse-seringues, le ventilateur, le scope, la machine à nutrition. Et il y a les bruits des autres chambres au loin, le bruit que font les soignants en tapant sur l'ordinateur, en parlant entre eux, les portes d'accès qui claquent, les chariots qui roulent.

Et puis cette surveillance toutes les 2 ou 4 ou 6 heures... mais généralement, c'est toutes les 2 heures.

Je décrivait la réa au début de ce blog comme une fourmilière, il y a plus de personnel que de patients (et ce n'est pas par fainéantise, bien au contraire, tellement il y a de choses à faire). Et quand j'ai commencé, j'ai souffert pendant plus d'un mois d'hallucinations auditives dans mon sommeil. J'entendais les alarmes de scope ou de ventilateurs. Même encore maintenant, je peux me rappeler ces sons. Et quand il y a 3 mois, je suis passé dire bonjour à mes collègues de réa, j'ai entendu ces sons à nouveau j'ai pensé "Je suis chez moi".

Mais pour un patient qui arrive pour la première fois en réa, le choc peut être brutal. Si l'on y rajoute des médicaments "intenses" cela peut même donner des situations cocasses.

 

 

 

Elle est jeune, elle a une pathologie rénale si grave qu'elle a reçu un texto lui demandant de se présenter rapidement à son hôpital de référence. Elle va enfin pouvoir filtrer, elle va recevoir un nouveau rein. Elle l'a attendu plus ou moins longtemps, avec cette épée de Damoclès au dessus de sa tête. Et même si elle va avoir un nouveau rein, rien n'est joué, les HLA sont farceurs parfois et le corps peut rejeter en masse ce qu'on lui offre comme seconde chance.

Mais elle va bien, elle semble ne pas rejeter le greffon. Elle est en isolement, il faut fermer la porte, mettre une casaque, un masque, des gants pour la protéger pendant nos soins. Et elle est là...

-"Ma fille est venue hier soir."

-"Ah mais c'est super, ça a du vous faire plaisir"

-"Oui, elle était en feu."

-"Comment ça?"

-"Ben il y avait des flammes tout autour d'elle. D'ailleurs, j'ai vu des flammes sortir des prises de courant, faudra dire aux infirmières de faire attention de ne pas se brûler."

Je suis restée sans voix, elle me décrit une belle hallucination comme si c'était normal. Je ne suis pas une fan des patients "psy", ce n'est pas un jugement de valeur, c'est juste que j'ai peur en intervenant d'aggraver les choses. Je ne sais pas comment faire. Mais là, en chambre d'isolement, tout en faisant sa séance de kiné, je me sens dépourvue.

-"Est-ce que votre fille, en étant entourée de flammes, se plaignait? Elle avait mal?"

-"Ah non! Elle me parlait tout comme vous! D'ailleurs, vous aussi, vous avez des flammes autour de vous!"

-"Si j'avais des flammes autour de moi, vous ne pensez pas que j'aurais mal et que je crierais?"

-"Ah mais c'est vrai..."

Après un silence, elle a repris.

-" Pourtant ce matin, pendant les toilettes, j'ai bien entendu quelqu'un dire qu'il y avait le feu!"

 

Je termine ma séance en me disant que la première chose à faire est de prévenir l'IDE et l'interne qu'elle a un risque de surdosage de je-sais-plus-quoi-qui-donne-des-hallucinations-dont-je-me-souviens-plus-le-nom. Première chose que je fais en tombant sur l'infirmière de la patiente.

-"Hein? Elle a vu des flammes? Et ça l'a pas inquiété?"

-"Non mais je pense que ce sont des hallucinations."

-"AAAAAh je comprends!!!"

-"Oui mais moi toujours pas!"

-"OK, elle est surdosée mais tous les matins, on fait la toilette de Mr. Endormi, c'est un fan de johnny, sa femme nous a amené ses CD et on lui fait sa toilette sur "Allumer le feu"".

 

Allumer le feu- Johnny Halliday

 

Ceci explique cela...

 

 

 

Posté par Piouaie à 12:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

25 février 2014

Pas de bras, pas de chocolat

Les billets se font rares actuellement. J'en ai encore plein sous le coude mais l'actualité personnelle me fait me censurer tant à l'égard de la situation de monsieur que de la mienne propre.

 

*********

il y a une spécificité à l'höpital: j'ai nommé l'évènement indésirable.

 

Si l'on reprend les définitions, (Larousse, je sème à tous vents et tu t'épanouis dans mon champ) cela désigne un évènement que l'on ne désire pas, que l'on ne veut pas (philosophe, à vos marques, prêts, partez). Bref, un événement qui n'aurait pas du être.

Ce qu'il y a de bien avec l'informatique à l'höpital, c'est que tout y est recensé (tout du moins est sensé l'être).

Ce qu'il y a de bien avec les fonctionnaires, c'est qu'ils sont censé connaître toutes les procédures...

Ce qu'il y a de bien avec ce blog, c'est que je pose pile le doigt là où ça fait mal...

Et donc, mon collègue, tout frais, tout nouveau, tout neuf, a besoin de déclarer un évènement indésirable...

 

-"Tu te rends compte, c'est inadmissible, l'administration doit savoir. Et si c'était arrivé à un patient, ça prendrait une autre ampleur!"

 

Le temps de farfouiller dans la vieille bécane qui bosse sous Windows XP windows 98 windows 95 (pfff les informaticiens connaissent pas Linux), je trouve la procédure pour déclarer un évènement indésirable. J'ai de la chance, il y a une procédure dédiée avec un formulaire à remplir en ligne. Ok, je clique, je clique, je clique.... ah il faut renseigner son matricule. Comme ce n'est pas moi le témoin direct, je demande au collègue concerné son matricule qui l'identifie...

J'étais pourtant persuadée qu'il y avait un anonymat concernant la déclaration d'évènement indésirable, ceci pour permettre à n'importe qui de déclarer n'importe quoi mais non. Si pas d'identification, pas de déclaration. Sine brachio non cacaum! Mais bref passons!

Mon collègue accepte de donner son matricule... Nia,nia,nia le service des réclamations gardent l'anonymat... nia, nia, nia "désirez-vous être informé des suites données à votre déclaration?"... Nia, nia, nia... "Votre demande a été prise en compte.

Bon, je l'ai un peu aidé à formuler...

-"Ouais, alors tu commences par Monsieur, c'est inadmissible..."

-"Madame, Monsieur, j'ai l'honneur de vous faire part de ce que..."

 

J'ai pas fait mes classes dans l'armée mais y'a certaines phrases qui restent ancrées... Dommage que le service militaire n'existe plus.

 

-" Je pense que la sécurité des patients est en jeu..."

-"Il m'a été permis d'être le témoin direct de..."

 

A ce moment-là, je me sens l'äme d'un OPJ, qui reformule afin d'être compréhensible de toutes les personnes, destinatrices de ce mail

 

-"J'ai trouvé un limace dans ma salade au self!"

-"un élément indésirable a été observé lors de la délivrance de substances nutritives au niveau de la restauration du personnel."

 

-"Comme les patients ont la même, ça aurait pu leur arriver!"

-"Ces mêmes substances sont délivrées aux patients, cet événement indésirable aurait pu prendre un plus grande ampleur."

 

-"C'est inadmissible!"

-"Je ne peux que m'offusquer et déclarer cet événement comme étant indésirable auprès de vos services."

 

-"J'espère que ça ne se reproduira plus"

-"Je vous prie de croire, madame, monsieur, en l'expression de mes respectueuses salutations."

 

La fin de l'histoire? Le collègue ne m'a informé d'aucun retour, les salades ont semblé indemnes de toute présence animale les faisant assimiler par le beth dhin de paris comme étant kasher/Parvé.

Oui, déclarer un évènement indésirable... c'est pas encore ça!

 

Limace

 

 

 

 

 

Posté par Piouaie à 18:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2014

Domine, non sum oves panurges

Alors voilà

 

 

 

Oui c'est une forme de clin d'oeil...

 

Alors voilà, j'ai commencé ce devoir à rendre à rebours. C'était un petit item, genre il y a quelques heures... 2 heures... 1 heure... un devoir à faire à la maison sur le dysmorphisme sexuel. Non, ce n'est pas sale, ton corps change! Bref, je m'égare en repensant aux émissions radiophoniques de mon adolescence que j'écoutais en douce sur mon walkman avec mon casque ( je suis un dinosaure et je t'emmerde jeune con). (Et là, même le correcteur orthographique me rejette le mot... je suis vieille!)

Qu'est-ce qui différencie le corps d'un homme du corps d'une femme?

Rhaaaa l'autre, c'est trop facile la question! Ah... Ais-je oublié de préciser que ce travail sur le dysmorphisme sexuel excluait les organes génitaux? Nan parce que même ma fille Mogwai sait que les filles naissent dans les fleurs et les garçons dans les choux-fleurs. Alors, une fois la zone taboue sortie de l'équation, que reste-t-il?

 

Je me lève.. et je te bouscule... tu n'te réveilles pas... saloperie de chat

 

Je fouille, je joue les Indiana Jones de bibliothèque sans trouver ce précieux fascicule relié de mes 10 doigts... Et je ne le retrouve pas!

 

Pourtant, la couverture en jetait un maximum. D'ailleurs, j'ai plus travaillé sur la couverture que sur le reste!

Mais faut que je vous explique pourquoi aussi... Flashback...

École de kiné, jeune trou du cul postulant pour le diplôme d'état de mas.... bref, je voulais avoir le droit de faire mon boulot au bout de 3 ans. Le prof fait dans le Djeun's, genre blouse blanche longue, le caillou grisonnant qui se dégarnie, 3 boutons pressions défait qui te fait admirer les quelques poils de torse sans deviner son autre toison tout en ne dissimulant pas qu'il n'est pas un Kyle XY sans nombril (punaise mais pourquoi 3 et pas 2!!!). Ce prof-là nous demande un devoir relié (faites suer, je vais perdre 2 heures à faire relier avec un truc qui va s'étioler.. je suis sûre que ce devoir est à la poubelle, rien qu'à cause de la reliure) sur le dysmorphisme sexuel... en gros, pourquoi tu pisses assise et pas debout, sans aborder la question de la présence du petit tuyau...

Tu penses bien, cher lecteur, que le fait d'avoir la blouse blanche ouverte jusqu'à la ligne innominée va de pair avec un esprit assez marqué. Le dit-prof était assez fan d'une littérature... que j'adore:  Fluide glacial et autre Goetlib que je savoure toujours avec délectation. Nous avions au moins ce point en commun! Sauf que... cher lecteur (trice je fais gaffe, y'a Stocholhm qui me lit) , c'était le seul point commun et la servante que je suis et c'est ma joie, ne pouvait se contenter de suivre le mouvement vu que son enthousiasme était connu de tous. Il était hors de question que ma phot de couv' (non mais c'est pas Vogue non plus) soit de ce genre:

 

Glacial-Fluide-Fluide-Glacial-N-316-Revue-42083530_ML

 

alors Biche, elle a décidé de faire le contraire des petits copains qui savait que le prof aimait Fluide glacial et ont repris que des photos de Fluide glacial, toutes plus érotisantes qualifiées pour démontrer le dysmorphisme... le dys quoi? Le dysmorphisme sexuel!

 

 

Pfff faut suivre!

 

 

Alors Bibi (c'est le surnom de Biche qui est le surnom de mon père, qui est le surnom de mon frère, qui n'a jamais été mon surnom sauf sur ce blog et sur Twitter)... Donc Bibi, elle a fait tout le contraire. Elle a pris le dessin le plus... le moins... Elle a pris le personnage de BD le plus androgyne qui soit, résumant son état d'esprit sur le sujet...Alain Delon, sors de ce corps!

 

Lagaffe_va_au_boulot

 

 

Y'avait aussi un sous-titre: "Allez hop, au boulot!"

 

 

Bon après j'ai fait plus neutre, je me suis servi de photo de statue d'Apollon et de Diane (canon de beauté de l'époque... il y a très longtemps).

 

apollon1Diane Allegrain perso

 

 

J'avais pas Usain Bolt sous la main (le dernier trait d'esprit est une vraie private joke).

Posté par Piouaie à 00:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 janvier 2014

J'aime pas ce que tu es devenue!

"J'aime pas ce que tu es devenue!"

[Ce billet est une catharsis clairement, je m'en rends compte et je prie par avance les lecteurs de bien vouloir me pardonner. Il y a même des allusions que peu de personnes saisiront mais tant pis.]

Depuis juillet, j'ai arrêté la cigarette, je suis passée à la cigarette électronique. J'ai hésité longtemps. Il n'y avait pas de recul, c'était un produit nouveau, développé par la Chine au départ, d'où un un-a-priori. Je me rappelais le scandale du lait infantile contaminé, des paires de chaussures empoisonnées et puis j'ai décidé de creuser. Twitter m'a apporté ce qu'il m'avait toujours manqué à savoir l'esprit critique, analyser, disséquer, aller au delà des apparences. Qui m'écrit, qui me donne l'information? A-t-il des conflits d'intérêts? Pourquoi cette personne me donne cette information?

Alors j'ai décidé de creuser. Je me suis intéressé autant au contenu de l'information de qui me donnait l'information. J'ai multiplié mes sources et approfondi mes recherches. Un peu comme j'ai fait pour la borréliose. Aujourd'hui, je suis capable de dire, sans malaise ni vantardise, que je suis à l'origine de mon diagnostic. Que par mes recherches, j'ai pu aboutir à un traitement, à un mieux, certes qui n'est pas parfait mais il est là.

Oui, je n'ai pas fumé de cigarette... enfin si, j'ai tenté deux fois de refumer, sous l'effet du stress, en demandant une clope, une tige, un clope à mon entourage fumeur...Et vous savez quoi? C'est dégueulasse la clope! A peine la première taffe inhalée, je ressentais un vieux goût âpre, acre et peu agréable...comment ais-je pu tirer du plaisir de cette tige incandescente? A peine allumée, je n'avais qu'une envie: l'éteindre. Mais je ne voulais pas vexer ceux qui me l'avait donné, c'était de l'argent pour eux, un sésame qui allait leur faire défaut peut être à 23 heures une fois tous les débitants de tabac fermés. Alors je l'ai fumé consciencieusement jusqu'au bout, histoire de bien me dégoûter, d'être sûre que vraiment la cigarette était derrière moi. Et j'étais heureuse de retrouver ma e-clope, ma e-cig, ma vapoteuse que je porte autour du cou avec un lien avec un plaisir non feint. J'ai diminué le teneur en nicotine, je sais que je suis sur la bonne voie. Bientôt, ce sera derrière moi.

Et pourtant...

Pourtant je me heurte à l'incompréhension et à la connerie de ma famille.

Normal, je suis la petite dernière. Celle qui a beaucoup d'année de retard par rapport à deux frères, qui ont fait beaucoup de conneries, qui auraient pu leur faire avoir des problèmes avec la justice (bah des petits, pas des passibles de la cour d'assises, faut pas pousser). Et je suis une fille, ce qui pour la génération de ma mère est... comment dire?... Je ne vaux pas un homme. Je suis la dernière et une femme donc j'ai tort.

"C'est vrai, la dernière fois que tu es venu ça sentait le tabac!"

Ça sera difficile avec un arôme Miel+citron+cola...mais bon, elle emboîtait la position de mes frères. Elle avait pris position.

"Mais c'est de l'antigel!!!!"

Là c'est mon frère, le pro de la chimie. Sauf que le propylène glycol, c'est aussi un émulsifiant dans le domaine de l'alimentation, un stabilisant dans le domaine de la médecine pour les aérosols, ce qui permet de faire de la fumée en boîte de nuit...

"Tant qu'on saura pas ce que ça fait, je t'interdis de l'utiliser devant moi"

Parce que ta clope à combustion, elle est peut être anodine, et en plus, tu pues deux fois plus que moi (et encore, je suis gentille, il est tard, j'ai une bière d'avance et je suis fatiguée)...

Bref, la conversation avec mes frangins plus agés, se prenant pour le chef de famille à tour de rôle, se résumait à des "niveaux de preuves moi- même", tournait au pugilat: j'étais la mauvaise, l'inconsciente, l'empoisonneuse...

Et pour une fois, je me suis rebellée. J'ai osé tenir tête. Parce que mes lectures ne se résumaient pas à Madame Figaro ou Point de vue Image du monde, que je m'intéresse au formindep, à Atoute, à l'EBM...Pour eux, rien à faire, je suis la petite soeur, l'inconsciente, celle qu'il faut éduquer. Et pourtant, ce sont les mêmes qui m'appellent parce qu'un de leurs amis est au plus mal, hospitalisé, opéré, diagnostiqué à coups d'anticorps d'antipoils de cul que même un interniste est obligé de se plonger dans le Pilly pour comprendre (C'est un lupus! Ah non merde, juste une diverticulose qui barre en couilles...).

 

"J'aime pas ce que tu es devenue!"

 

C'est ce que l'un d'eux m'a dit. Oui, j'ai changé, la maladie m'a changé, mon rapport au monde a changé. J'ai rencontré des gens dont le métier était de m'aider et qui m'ont enfoncé. Oui, j'ai développé mon esprit critique, appris à évaluer la source de mes informations. J'ai développé un réseau de connaissances, je suis devenu encore plus curieuse qu'avant. Je n'ai jamais autant consulté pubmed et lu d'articles scientifiques en anglais. Je sais maintenant ce qu'est un conflit d'intérêt grace au scandale du Médiator.

 

Je digresse 30 secondes pour saluer Irène Franchon, elle a dénoncé ce scandale mais dites-vous bien que maintenant sa carrière sera entravée et semée d'embuche: elle a dénoncé, elle devra "payer"... rappelez-vous que celui qui dit la vérité, il doit être éxécuté comme il est dit dans la chanson.

 

"Jaime pas ce que tu es devenue!"

 

Mes chers frères, si je n'avais pas évolué (et non changé) vous seriez en train de pleurer sur ma tombe parce que je me serais suicidée à cause de la douleur. Parce que survivre, ce n'est pas vivre. Parce qu'ouvrir les yeux, développer son sens critique et devenir curieuse de tout m'a sauvé... oui, j'ai une soif de vivre qui subsiste malgré tout.

 

"J'aime pas ce que tu es devenue!"

 

Tu sais quoi, mon frère? Tu cherche à me manipuler. ta phrase est digne d'un manipulateur narcissique. Non, je ne me laisserais plus faire. Non, je ne serais plus passive. Non, maintenant, je rends les coups.

 

"Jaime pas ce que tu es devenue!"

 

Tu es mon frère et je t'aime mais quand tu dis des conneries, s'il te plait...ta gueule!

 

doigt d'honneur

 

Alors...

 

Sarcasme ou ironie?

C'est pas faux!

 

 

Posté par Piouaie à 00:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]



Fin »